On dit écrire comme un chat, mais les pattes de chat sont illisibles !

Avez-vous constaté qu’il n’y a pas un chat dans les rues ? Vous me rétorquerez qu’il n’y a pas de quoi en fouetter un chat. Mais si, car quand le chat n’est pas là, les souris dansent.

C’est ce qui se passe dans notre village. Dormez braves gens, la nuit tous les chats sont gris, nos élus en profitent pour acheter le « château » (surnom de la villa Erika). N’y a-t-il pas un chat pour les empêcher de nous chagriner ?

Mais sans doute ont-ils d’autres chats à fouetter.

Toutes ces chattemites (personne qui affecte des manières douces et modestes pour tromper son entourage) chatouilleuses sur leurs prérogatives se chamaillent la dépouille de notre village.

Chacun sait que les chacals ne réveillent pas le chat qui dort, mais le chat ne dort que d’un œil et attention car chat échaudé craint l’eau chaude ! Il pourrait bien leur donner du chat à neuf queues. Le « châtiment » sera le verdict aux élections de 2008.

En attendant, je donne ma langue au chat car je ne comprends rien au fonctionnement irrationnel des élus thièrois, mais je sais une chose, ils ne me feront pas passer par le trou de la chathiers !

Pour ce soir je vous chalut et vais noyer mon chagrin dans un petit verre de chablis pour accompagner le chabichou.

Chatterton