NOUVELOBS.COM | 02.04.2007 | 09:59                               

Le footballeur, invité au congrès de la LDH, a dénoncé les "mensonges" entendus à la suite des incidents survenus à la gare du Nord.                              

Lilian Thuram (Sipa)

Lilian Thuram (Sipa)

Le footballeur Lilian Thuram a estimé vendredi 30 mars à Saint-Denis que certains propos tenus après les incidents de la Gare du Nord à Paris ne visaient qu'à "diviser la société française" et il a dénoncé les "mensonges" entendus.
En focalisant sur la personne du resquilleur, présenté d'abord comme clandestin, "on essaie de diviser les gens, de diviser la société française", a-t-il répondu aux journalistes en marge du 84e congrès de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) ouvert de vendredi à dimanche, à Saint-Denis.

"Ca arrangeait tout le monde de désigner un clandestin", a commenté le champion du monde de 1998, en ajoutant : "C'est pas nouveau qu'il y ait des mensonges". "Il y en a eu beaucoup sur l'affaire de Clichy quand on nous a expliqué que des voyous fuyaient la police, puis que la police n'était pas sur les lieux", a-t-il poursuivi, évoquant la mort des deux jeunes à Clichy-sous-Bois, le déclencheur des émeutesd'octobre-novembre 2005.

"Une certaine peur"

"Nous sommes des hommes avant tout. C'est un clandestin, où est le problème?", a ajouté Thuram.
A propos des incidents qui suivirent, "si des gens se sont interposés, c'est peut-être qu'ils s'étaient trouvés devant une certaine injustice. C'est normal d'essayer de dire non", estime-t-il.
Interpellé sur l'entrée dans la campagne du thème de la sécurité, il a observé que "quand il y a une certaine peur, il n'y a plus de réflexion, c'est ce qu'on est en train de faire dans ce pays".
Le sportif invité par la LDH s'est ensuite adressé aux militants pour leur délivrer son message : "Apprendre à vivre ensemble et se respecter".