31 mai 2007

Les étudiants ont de plus en plus de mal à boucler leur budget

                                   
Nouma, 19 ans, est en deuxième année de licence "administration et échanges internationaux" (AEI), à l'université de Créteil (Val-de-Marne). Arrivé dans la capitale il y a deux ans, il bénéficie d'une bourse de 423 euros et d'une aide au logement de 180 euros. Néanmoins, comme beaucoup d'autres étudiants, il n'arrive pas à boucler son budget dans lequel le loyer représente à lui seul 560 euros. Son père, cadre dans un hôpital, paye la différence.

 

L'Observatoire de la vie étudiante (OVE) devrait publier sa prochaine enquête Conditions de vie en octobre. Depuis l'étude de 2003, la situation s'est dégradée. Ainsi, l'UNEF et la FAGE, les deux principaux syndicats étudiants, ont calculé que, pour la rentrée universitaire 2006, les étudiants ont dû faire face à une inflation de 1,9 % alors que les bourses accordées sur critères sociaux n'ont augmenté que de 1,5 %.

Selon l'OVE, les aides distribuées par le gouvernement représentent en moyenne 24 % du revenu mensuel des étudiants. Ce qui oblige beaucoup d'entre eux à occuper un emploi ou à se faire aider par leurs parents. Selon l'OVE, huit étudiants sur dix ont une activité rémunérée pendant l'année universitaire.

"Il est difficile de concilier les deux activités. On n'a pas de temps de repos. Il ne nous reste que les soirées. Mais on les passe à réviser les cours", raconte Julie, 20 ans, étudiante en histoire. Elle est serveuse vingt heures par semaine dans un McDonald's pour un salaire de 550 euros par mois environ. Outre leur pénibilité, les transports pèsent particulièrement sur le budget de Julie. Et le système de la carte de transport Imagine "R", mis en place par la région Ile-de-France, ne suffit pas pour l'aider à boucler ses fins de mois, d'autant que son lieu de travail n'est pas dans la même zone que sa résidence. En plus de l'abonnement, qui lui coûte 281,30 euros par an, elle doit donc acheter des tickets de métro et de RER pour se rendre à son travail. Du coup, elle envisage de quitter son emploi. "Je rêverais d'un travail dans l'université même pour réduire les coûts liés aux trajets et avoir davantage de temps pour réviser mes cours", dit-elle. Une bourse mensuelle de 200 euros lui permet de compléter son budget et de verser une rétribution à sa mère, fonctionnaire, chez laquelle elle vit.

RÊVE D'INDÉPENDANCE

La région parisienne est l'une des régions où le coût de la vie est le plus élevé, notamment en raison du prix des loyers. Il est plus facile dans d'autres villes de quitter le domicile familial. Cependant, peu d'étudiants réussissent à prendre tout de suite un logement seuls. Pour beaucoup d'entre eux, la colocation est la meilleure solution.

C'est, par exemple, le cas d'Eva Gomez, 24 ans. Cette étudiante andorrane vit à Toulouse avec une de ses amies : "La colocation me permet de réduire le loyer presque de moitié. Je n'aurais pas pu me loger autrement", explique-t-elle.

Selon l'enquête triennale Conditions de vie de l'OVE, le logement reste avec l'alimentation l'une des dépenses les plus importantes des étudiants qui ne vivent plus chez leurs parents. Claudie, étudiante à Lyon en master 1 de psychologie clinique, habite avec sa soeur. Leurs parents, père chef d'entreprise et mère puéricultrice, leur donnent 1 000 euros par mois qu'elles se partagent. Mais Claudie ne se contente pas de ce revenu. Aspirant à une plus grande autonomie, elle travaille dans un restaurant d'entreprise, où elle gagne 270 euros par mois.

Si les jeunes rêvent d'indépendance, rares sont ceux qui peuvent y prétendre réellement. Pour les y aider, l'UNEF revendique une "allocation d'autonomie". Celle-ci serait versée à tout le monde, mais le montant varierait en fonction des revenus de chaque étudiant. Durant la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy avait évoqué la création d'une "allocation formation" subordonnée notamment à la réussite aux examens, la suppression des impôts sur le travail étudiant et la refonte du système de bourses. Des mesures qui interviendront peut-être à la rentrée.

Aurore Monard
Le Monde Article paru dans l'édition du 31.05.07.               





Envoyez cet article par e-mail
                         
                   


      

             
                                                

                      Cliquez pour agrandir l'image
Selon l'Observatoire de la vie étudiante, huit étudiants sur dix ont une activité rémunérée pendant l'année universitaire. | MORGAN STEVE-FSPMORGAN STEVE-FSP                          
Selon l'Observatoire de la vie étudiante, huit étudiant  sur dix ont une activité rémunérée pendant l'année universitaire.

Posté par C_H_A_T à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Les étudiants ont de plus en plus de mal à boucler leur budget

Nouveau commentaire