Les indications d’une consultation ostéopathique sont multiples, incluant les signes locomoteurs, viscéraux et comportementaux.

On fait appel à l’ostéopathe équin et canin dans diverses situations :

-En cas de dysplasie de la hanche du chien.

-S'il y des signes plus «insignifiants» chez le chien comme une gêne pour monter dans la voiture ou sauter sur le canapé ne sont pas à négliger.

-Lors de la visite d’achat du cheval : pour déceler des problèmes éventuels de mobilité ou des lésions. Conseils à mettre en parallèle avec ceux du vétérinaire et du maréchal ferrant.

-Lorsque l'on a un cheval qui, trop jeune, a été exagérément sollicité.

-Lors d’une sensibilité au sanglage, au pansage du dos, et/ou des défenses au montoir.

-Après une chute : Si le cheval souffre de boiterie chronique ou aiguë.

La séance comprend trois phases :

- Les "testings" qui visent à identifier les pathologies, les lésions dont souffrent le cheval ou le chien.

- Les manipulations qui servent à réduire la lésion et à supprimer la douleur ou le trouble qu'elle occasionne.

- La rééducation, cherche à rétablir l'équilibre statique et dynamique, de façon à éviter la récidive de cette lésion.

La manipulation ostéopathique permet de supprimer les restrictions de mobilité du corps, de réajuster les structures pour restaurer les fonctions perturbées et de redonner de la mobilité à ces structures tout en supprimant les dysfonctions. L'ostéopathe fait de sa main un outil de travail pour redonner la fonctionnalité initiale au corps, en n’utilisant ni appareil ni injection.

Tous les soins sont réalisés par le toucher des mains de l'ostéopathe. Être ostéopathe animalier ne s’improvise pas.

Le traitement ostéopathique ne remplace pas les soins vétérinaires mais agit en complément. Les chevaux sont, avec les chiens, les animaux sur lesquels les techniques ostéopathiques sont majoritairement employées.

Un bilan ostéopathique régulier permet de déceler au plus vite un dérèglement éventuel, limitant ainsi le développement de la pathologie primaire et l’installation de compensations.