05 décembre 2007

Les allègements de charges multiplient les smicards

Avec France Inter, la chronique de Bernard Maris, journaliste et écrivain.



Les allègements de charges multiplient les smicards

 

 

Les trappes à bas salaires sont l'un des effets pervers de la politique systématique de dégrèvement des charges sociales. Tous les gouvernements qui se succèdent depuis Edouard Balladur, inventeur de la chose, pratiquent les exonérations de charges sociales sur les bas salaires, afin d'inciter à embaucher des emplois peu qualifiés. Et de fait on embauche des salariés peu qualifiés autour du Smic, on crée beaucoup d'emplois mal payés, et d'une certaine manière on déqualifie le travail. On tasse la qualification du travail français vers le bas.
Qui paye la protection sociale ?
Comme ces salariés ont fort heureusement droit à la protection sociale, et que les patrons ne payent pas de cotisations sociales pour eux, il faut bien que ce soient les cotisations sociales sur d'autres catégories qui compensent. Disons que grosso modo ce sont les cadres qui payent une part de la protection sociale des non cadres. De fait, il existe bien une progressivité de la cotisation sociale, due aux dégrèvements de charges concédés aux patrons.
Et, du fait de la forte progressivité des cotisations sociales autour du Smic, un employeur y regarde à deux fois avant d'augmenter un salaire, car le coût du travail augmente proportionnellement plus vite. Conclusion : lorsqu'on est au Smic, on a de grandes chances d'y rester.
Autre conséquence, l'augmentation du nombre de salariés payés au Smic, cette politique d'aide systématique aux bas salaires a un deuxième effet pervers : la surqualification. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il n'y a pas que des gens peu qualifiés qui occupent ces postes eux-mêmes peu qualifiés, mais aussi diplômés, qui les occupent faute de mieux. « Alternatives économiques » a publié dans son dernier numéro un tableau remarquable fait par Eurostat, l'organisme statistique des communautés européennes, montrant que la France est le pays de l'OCDE comportant le plus de Smicards : 15%. Dans tous les pays riches - Grande Bretagne, Etats-Unis, Pays Bas, Belgique etc - la proportion de Smicards est de 1 à 2% seulement. Du coup la France est un pays égalitaire, mais où les revenus sont concentrés dans le bas de l'échelle, avec un Smic plus faible qu'ailleurs (le Smic français est plus faible que le Smic anglais par exemple). Décidément, la politique d'allègement des charges sociales est à revoir.
-------

Retrouvez « L'autre économie » de Bernard Maris, en direct sur France Inter, du lundi au vendredi à 6h49.

Posté par C_H_A_T à 15:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Les allègements de charges multiplient les smicards

Nouveau commentaire