22 février 2008

Appel républicain : à vous de signer !




L’appel républicain publié dans Marianne n’a pas laissé indifférents les hommes du Président. Pur effet de cour, après que Nicolas Sarkozy ait laissé filtrer son dépit de constater que seule Rama Yade l’avait défendu après l’affaire du SMS de nouvelobs.com ?
Quoiqu’il en soit, ministres et deputés sont montés au créneau durant tout le week-end pour dénoncer « la chasse au Président », selon le mot du Premier ministre François Fillon. Xavier Darcos a évoqué « cette affaire des Trois Petits Cochons qui sont 17 et qui se mettent à crier Au Loup ! », ce qui lui apparaît « très dangereux parce que le jour où il faudra vraiment crier Au Loup ! plus personne ne les écoutera. Alors que François Bayrou ou que... »
Roger Karoutchi lui, fidèle à sa réputation de super-godillot, a carrément épinglé l’initiative de Marianne « pour ses relents de la presse des années 30 », oubliant sans doute que Carla Bruni a dû, la semaine passée, s’excuser pour avoir comparé le SMS de l’Obs avec la presse collaborationniste.
Globalement, les avocats de la cause sarkozienne ne se privent pas d’amalgamer deux épisodes qui n’ont strictement rien à voir, l’article du journaliste de l’Obs Airy Routier sur le SMS imputé au président, qui ne concernait que sa vie privée, et un appel au contenu éminemment politique pour défendre certains principes de la République française.

En fait de chasse au président, c’est surtout la chasse au Villepin qui semble être repartie de plus belle. L’ancien Premier ministre a été accusé par Valérie Pécresse d’utiliser « la République à des fins personnelles ». La présence de Villepin parmi les signataires a également permis à Julien Dray de se démarquer de Ségolène Royal pour laquelle il a mené campagne en notant que cet appel pouvait brouiller les cartes à quelques jours du scrutin municipal : « Je ne vais pas parler de vigilance avec M. de Villepin, c’est quand même l’homme qui a exercé la plus mauvaise vigilance démocratique. »

 

Il reste à faire mentir les hommes et femmes du Président ainsi que ceux qui, dans l’opposition, doutent de l’intérêt de cet appel. Ils auront eu raison si cet appel reste sans lendemain. Ils auront tort s’il provoque un débat public approfondi et pluraliste sur les quatre points qui y sont évoqués : le pouvoir personnel, le pluralisme des médias, la laïcité et la politique étrangère. Mais commençons par le commencement : ceux qui le souhaitent peuvent déjà signer l’appel ci dessous. Signez et faites signer l’Appel républicain ici

 

Pour une vigilance républicaine

 

Les soussignés se réclament de sensibilités très diverses, et ils ont sur un certain nombre de sujets importants des positions très différentes, mais ils ont malgré tout en commun un certain nombre de convictions et de valeurs qu’ils entendent réaffirmer.

 

- Leur attachement au principe républicain et, en conséquence, leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective.

 

- Leur attachement aux fondamentaux d’une laïcité ferme et tolérante, gage de la paix civile.

 

- Leur attachement à l’indépendance de la presse et au pluralisme de l’information.

 

- Leur attachement aux grandes options qui ont guidé, depuis cinquante ans, au-delà des clivages partisans, une politique étrangère digne, attachée à la défense du droit des peuples et soucieuse de préserver l’indépendance nationale et de construire une Europe propre à relever les défis du XXI° siècle.

 

Au-delà de leurs divergences, les soussignés tiennent à rappeler leur engagement à défendre, séparément ou ensemble, ces impératifs, comme toujours cela fut fait au cours de l’Histoire de la République.

 

- Pierre Lefranc, ancien chef de cabinet du Général De Gaulle
- Dominique de Villepin, ancien Premier ministre
- Ségolène Royal, ancien ministre, Présidente de la région Poitou-Charentes
- François Bayrou, ancien ministre, député des Pyrénées-Atlantiques
Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre
- Corinne Lepage, ancien ministre
- Nicolas Dupont-AIgnan, député de l’Essonne
- Bertrand Delanoë, maire de Paris
- Maurice Leroy, député de Loir-et-Cher
- Nöel Mamère, député de la Gironde
- Jean-Christophe Lagarde, député de la Seine-Saint-Denis
- Marielle de Sarnez, conseillère de Paris
- André Gérin, député du Rhône
- Arnaud Montebourg, député de la Saône-et-Loire
- Jacqueline Gourault, sénatrice du Loir-et-Cher
- Jean-Pierre Brard, député de la Seine-Saint-Denis
- Jean-Paul Bled, président des Cercles universitaires d’études et de recherches gauliennes

Posté par C_H_A_T à 07:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Appel républicain : à vous de signer !

    Les valeurs primordiales

    Acte de civisme que de signer "l'appel républicain".

    Relisez bien, l'attachement à la liberté de la presse, la liberté de penser, la liberté de prier etc...

    La France a été un modèle de cette liberté et des droits de l'Homme,

    Soyez honnêtes les détracteurs de cette pétition, tout le monde peut se tromper et c'est l'honnêté intellectuelle et l'honnêté du Coeur qui importent.

    Personne n'aime ce faire "rouler dans la farine", ne soyez pas en colère contre les détracteurs de notre président, relisez très calmement les éléments de ce plaidoyer les valeurs françaises que nous aimons tous depuis que la révolution à eu lieu.
    Liberté- Egalité- fraternité.

    Je n'aime pas faire aux autres ce que je n'aime pas que l'on me fasse, c'est une façon de vivre que j'essaie d'appliquer (et c'est dur) dans la vie.

    Posté par LIB, 23 février 2008 à 19:38 | | Répondre
  • J'adhère

    Je soutiens cet acte citoyen contre une certaine dérive institutionnelle, institutions que N. Sarkozy ne cesse de remettre en cause comme nous le prouve l’actualité quotidienne.
    Ses effets d’annonces à répétition sont une manipulation.
    Comme des coups de boutoirs médiatiques, elles nous noient de manière assourdissante dans des soit disant débats, mais qui ne sont en définitive qu’une volonté délibérée à installer la polémique, pour diviser les Français, afin de mieux masquer les implications des lois qui en résulteront en secret.
    Pour preuve dernièrement en date, le recours auprès de le cours de cassation sur la loi de rétention des récidivistes en fin de peine.
    Que l’arsenal juridique du législateur commence enfin à être appliqué, de l’obligation de l’Etat à faire soigner durant leur incarcération, les détenus livrés seuls face à eux-mêmes, vers l’apprentissage de leurs réhabilitations.

    Posté par Samswing, 24 février 2008 à 12:01 | | Répondre
Nouveau commentaire