Il n’est pas question de faire une étude sociologique ou ethnologique, mais d’essayer de comprendre pourquoi un petit nombre de français et touristes étrangers se débarrassent de leurs « saloperies », sur terre comme dans l’eau, au détriment du plus grand nombre.

Merci de bien vouloir nous faire partager de vos motivations.