27 septembre 2007

Un site sur la démocratie participative.

Un des lecteurs du CHAT vient de transmettre une étude  relevée sur le site "participation locale", cette analyse correspond à la philosophie de notre collectif, aussi il parait important de le faire lire  aux habitants de Thiers sur Thève et bien entendu  à d'autres...

Nos élus thièrois pourraient s'en inspirer, mais ont-ils les capacités d'analyse d'un tel texte ? Peuvent-ils s'autocriquer, en ont-ils la sagesse ? Les réponses à ces questions vous seront données dans quelques jours !...

SI on veut, on peut.........

La fédération des maires des villes moyennes et plusieurs organismes publics viennent d'ouvrir un site sur internet concernant la démocratie participative.

Sont notamment proposées des fiches sur des expériences concrètes.

Sont présents aussi les différents concepts autour de la démocratie participative, la méthode à suivre et de nombreuses références juridiques et bibliographiques. www.participation-locale.fr

"LE VRAI SENS DES MOTS,QUAND ON IMAGINE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE. Conflit/contestation.

Le conflit ou la contestation sont généralement perçus comme révélateurs d’une situation de crise ou le symptôme d’un dysfonctionnement qu’il faut prévenir, éviter, résoudre. Mais certaines analyses en pointent aussi le caractère nécessaire et utile, notamment parce qu’il est source de changement, d’innovation et aussi de lien social.

Communication. Le développement de la communication touche de plein fouet l’activité politique et ses enjeux. Une définition relativement formelle de la communication politique met en lumière les dimensions de pouvoir et d’échange. Face à la vision technique de la communication comme gestion d’une image publique, on peut réaffirmer le lien essentiel qui unit communication et politique pointer les spécificités et les enjeux de la communication politique locale en tant que recréatrice de liens sociaux distendus.

Citoyen. Certains opposent deux figures de citoyens, l’une républicaine et active, l’autre libérale et passive. Cette dernière représentation serait aujourd’hui dominante, aux regrets de ceux qui y voient un déclin du sens civique. Pour d’autres, plus confiants, l’individu moderne contemporain, tenu de concilier ces deux figures de la citoyenneté, exerce surtout sa charge de citoyen par intermittence.

Information. La notion d’information revêt plusieurs sens. Si l’on se place du point de vue de la théorie politique, l’information constitue un fondement essentiel du pouvoir et plus précisément une base de la démocratie puisqu’elle conditionne la possibilité d’un choix éclairé.

L’information municipale est une activité politique spécifique qu’il faut décrypter.

Se posent également les questions du droit à l’information local et de la difficile accessibilité des documents à tout un chacun.

Démocratie participative. Entre démocratie représentative et démocratie délibérative, la démocratie participative - terme aujourd’hui banalisé - fait une place à la participation du public aux processus de décision.

Il est nécessaire de recadrer la notion, à la fois idéal politique et mode de gestion.

Décision. Une première approche de la décision propose de la concevoir comme partie prenante d’un processus donnant lieu à consultations, à débats publics en amont ; en aval à évaluation et, s’il y a lieu, à révision.

Une autre définition de la décision comme commandement, volonté politique capable de déterminer d’autres volontés à lui obéir donne à réfléchir sur le principe de souveraineté : c’est davantage le problème de la légitimité du décideur qui est posé.

Débat public. Il faut distinguer le débat public CNDP, défini et régi par la loi du 2 février 1995 puis par celle du 27 février 2002, du débat public au sens courant.

En effet, le terme de « débat public » qui est celui attribué par la loi à une procédure précise, peut être confondu avec ceux de « débat national », « grand débat » voire « débat public », dont le langage courant, celui des médias et le langage officiel font un usage mêlé.

Le débat public institué par la loi est une étape dans le processus décisionnel. Il s’inscrit en amont du processus d’élaboration d’un projet, lorsque toutes les options sont encore possibles, et porte à la fois sur son opportunité, ses objectifs et sur ses caractéristiques principales. Le débat public CNDP n’est donc ni le lieu de la décision ni même de la négociation, mais un temps d’ouverture et de dialogue au cours duquel la population peut s’informer et s’exprimer sur le projet selon des règles définies par la CNDP.

Ecoute. La réussite d’une démarche participative est conditionnée par la qualité de la relation qui aura pu s’instaurer entre le porteur du projet et les acteurs du territoire. Celle-ci repose avant tout sur l’écoute.

Tout au long de la concertation, le porteur de projet devra veiller à l’application des principes suivants : Ecoute et respect mutuels. en s’engageant à écouter toutes les parties prenantes sans distinction et sans hiérarchisation, en reconnaissant la capacité des parties prenantes à faire des propositions / critiques pouvant aboutir à des solutions alternatives, en ayant une attitude d’ouverture dans les possibilités d’évolution du projet, en accordant le même intérêt à toutes les propositions y compris celles pouvant apparaitre comme non fondées, non pertinentes ou motivées par une volonté de nuisance ou d’entrave au projet, en s’encourageant à un respect mutuel indispensable."

A quand une équipe d'élus à la tête de notre village qui voudrait agir pour le bien des administrés en appliquant ces concepts d'une vraie démocratie et non des" concepts de favoritisme de cloche merde"

Auteur : Féroce

Posté par C_H_A_T à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Un site sur la démocratie participative.

Nouveau commentaire